Sauvetage d'un souriceau

Publié le par Lartemizia

J'étais tranquillement en train de travailler à mon bureau quand mon attention fut attirée par le linge, sec depuis bien longtemps, oscillant légèrement dans la véranda pourtant parfaitement close. M'approchant, j'aperçue Kustu, terriblement attirée par un recoin sous l'étagère à papier. Je déplace ma grande boite à peinture, la chatte se glisse prestement derrière. Je cherche, ne vois rien et retourne à ma tache. Quelques miaulements m'apprennent qu'il doit vraiment y avoir quelque chose de curieux dans ce coin là. La voyant lever le nez, je suis son regard pour apercevoir  petit souriceau, accroché, un mètre plus haut, au montant de l'étagère. Que faire? Vivant à la campagne, je suis habituée à ce genre de situation et ramasse quelques fois des plumes ou une longue queue au petit matin. C'est la vie. Par contre, j'ai horreur de retrouver un cadavre desséché derrière un meuble qui aura pris tout son temps pour empester la maison. Je me dis donc qu'il vaux mieux que le chat récupère sa proie et je lui donne un petit coup de pouce. Le souriceau tombe et je retourne au bureau. Cinq minutes après, avec un peu de remords, je vais vérifier l'état du carnage. Rien ! Petit souriceau est toujours réfugié derrière le montant de l'étagère et Kustu le regarde nonchalamment. Je me dis donc que le destin a voulu que petit souriceau ne serve pas de déjeuner aujourd'hui à mes trois chats. Je vais attrapé un gant de cuisine et un torchon et entreprends, a quatre patte d'attraper la bestiole. J'y arrive sans trop de difficulté, le tien sans trop le serrer dans le gant et vais le poser dans mon micro jardin.
Petit souriceau n'a pas l'air de comprendre ce qui lui arrive et reste là, à la merci des griffes.
Comme il ne bouge vraiment pas, j'ai l'idée d'aller chercher mon petit appareil photo. Je prend quelques clichés, il est encore là. Je passe donc à la vidéo.

Il s'est enfin réveillé de son traumatisme me dis-je. Raté, je le retrouve posé sur un bouquet de cactus à quelques centimètres de là.
Il ne s'est visiblement pas encore remis de ses émotions et le danger le guette toujours....

Comme j'ai commencé le sauvetage, je ne vais pas l'abandonner maintenant. Je le secoue donc tout doucement pour l'inciter à prendre de la hauteur.

Je l'ai laissé la haut, à l'abri des chats qui avaient enfin l'air de l'avoir oublié. J'ai quand même pris la précaution de les nourrir de suite. Un moment après, j'y suis retournée, il n'y était plus. J'espère qu'il ne sera pas mort d'une crise cardiaque.
Pour la petite histoire, son poil, bien qu'encore tout englué de la salive féline, est aussi doux que le pelage de mes chats.
Longue vie au souriceau.

Publié dans Au jour le jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
<br /> Pov, pov pov toute prtit sourisseau, peut être l'as-tu détourné le cours de sa vie et que maintenant il est condamné à venir ronger ton grattefort.<br /> <br /> <br />
Répondre