Je ne craque plus, je me résigne…

Publié le par Lartemizia

Pour les épisodes précédents, allez voir les billets du 4 et du 7 septembre.
Voici la suite.

 

 

Lundi matin, je téléphone à la secrétaire du collège qui me demande si j’accepte ou non les deux heures de St-Jean du Gard dans le cas où il serait signé un contrat. Je lui explique que pour moi, c’est très difficile de refuser mais déraisonnable d’accepter, et lui exprime mon doute sur la contractualisation possible. « Mais si, me confirme t’elle, le rectorat nous a dit que c’était envisageable ».
Elle me passe la nouvelle principale qui m’explique qu’elle se bat avec le rectorat pour me faire contractualiser sur les 8 heures. Je la remercie, mais lui répète mon argument des deux heures et demi de route pour deux heures de cours. En supposant que ces deux heures soient n’importe quand dans la semaine, il ne me resterait que deux jours de libre pour caler des propositions éventuelles de boulot. Tout cela pour huit heures de cours! Vachement rentable. Je lui fais une proposition de modification d’emploi du temps, en échangeant les deux heures de St-Jean avec deux heures de St Hippo, comme c’était prévu l’année dernière. Et pour arranger tout le monde, je propose même de prendre ces heures le vendredi en sacrifiant ainsi ma formation. Elle ne refuse pas, mais il faut encore que l’autre prof accepte et nous en restons là. Nous attendons le bon vouloir du rectorat. Si quelqu’un sait pourquoi chaque année depuis trois ans, il bloque toute embauche les deux premières semaines, dites-le-moi.

 

 

 

Hier soir, 16h30, il pleut à verse et je vais chercher Suzanne à l’école. Quand je rentre, message de la secrétaire sur mon répondeur, (16h45 quand on sait que le collège ferme à 17h). « Je viens de recevoir un mail du rectorat, ils acceptent que tu fasses les 6 heures hebdomadaires en vacation. Nous t’attendons demain 8h25 ! »

Bon. Comme prévu, le rectorat refuse de contractualiser…

Mais il me faut réagir vite et préparer les cours. Je n’avais jusque là, aucune motivation pour le faire. A quoi bon préparer des cours si je ne suis pas embauchée… Heureusement, cela fait quand même ma sixième année d’enseignement et j’ai suffisamment d’expérience pour avoir de la matière. Et puis au fond, suis bien contente de m’y mettre. Ils me manquaient à la fin ces mômes.

Ce matin, 8h25, je suis au rendez-vous et retrouve avec plaisir ces têtes nouvelles (des 6°) ou déjà connues. Une grande partie s’excuse de ne pas avoir leur matériel, parce qu’ils n’ont pas été prévenus de ma présence. Je leur réponds que moi-même …

Puis nous parlons de leur problème d’emploi du temps. Visiblement, il n’y a pas que pour le mien que le travail  a été bâclé. 7 heures de trous dans la semaine sans un après midi de libre. Pour ceux qui comme moi, ont 45 mns pour venir, ce n’est pas très drôle de sortir tous les jours à 17h30. Ils ne peuvent même pas faire leurs devoirs pendant ces trous, parce qu’avec les économies réalisées sur le dos des surveillants (vous vous souvenez de la dernière réforme qui devait être si bénéfique au collège ?), ils sont en sous effectif régulier. Donc, dans la salle d’étude où il y a en moyenne 30 places, les élèves se retrouvent régulièrement à 4 ou 5 classes (5x27=135). Et oui, vous avez bien lu 108 à 135 élèves. Je ne sais même pas comment ils logent tous. Ils n’ont pas tous de place assise. Et il est impossible d’ouvrir une autre salle d’étude, il n’y aurait personne pour surveiller. Et ne rêvez pas, tous les collèges du coin sont dans le même cas.

Mais tant que les parents ne diront rien…

 

 

Parlons maintenant de la rapidité de réaction du service paye de notre cher rectorat. Je reçois la semaine dernière un bulletin de salaire daté de juillet dont le montant ne correspond absolument pas à ce que j’avais espéré. Impossible de vérifier, le calcul est tellement opaque que jamais à l’avance vous ne pouvez savoir à combien va monter le salaire. Dans mon cas je dirais plutôt descendre. C’est encore pire pour l’allocation chômage. Sur mes relevés de compte, je trouve chaque mois deux à trois versements qui ne correspondent jamais à rien de connus. Petits les versements je vous rassure. Pour me tranquilliser, je téléphone au service concerné qui par miracle répond rapidement. J’explique mon problème et l’on me donne le montant de mes indemnités de juillet. Rien à voir avec ce qu’il y a écrit. Mais, détail important que j‘avais oublié, le papier daté du mois de juillet correspond en faite au mois de mai. Mais oui, deux mois de décalage. Qui dit mieux ? C’est une habitude ici. A chaque rentrée, prévoyez au moins deux mois pour toucher le premier salaire. Je dis bien deux mois, parce qu’il arrive, sous prétexte de changement de logiciel que l’on ne vous paye qu’après Noël. Si, si ! C’est arrivé l’année dernière ! Mais oui, vous vivez de l’air du temps pour ces fonctionnaires…

Pour moi, tout est normal donc, ayant travaillé en mai, mes indemnités sont très faibles. Ouf! « Et quand dois-je toucher mes indemnités juillettistes ? » « Elles ont été versées à la Banque de France le 18 août, vous devriez donc ne pas tarder à les voir arriver sur votre compte. » Nous sommes le 13 septembre. Sans commentaire…

 

 

Voilà ce que donne un subtil mélange d’économies actives et d’incompétences…

Nous ne pouvons rien dire. Nous dépendons d’eux. Vous savez que le droit de grève dans la fonction publique peut aussi être une vue de l’esprit ? Les contractuels et les vacataires jamais ne font grève sinon ils sont certains de ne pas retrouver de boulot l’année suivante…

 

 

La prochaine fois que vous entendrez un ministre déblatérer sur l’égalité des chances dans l’éducation, pensez aux conditions de travail des élèves, pensez à nos conditions de travail. Parce que nous sommes de plus en plus nombreux dans ce cas là. De moins en moins de postes au concours. Ça coûte trop cher un titulaire…

 

 

J’ai lu, il y a peu une proposition d’un ministre. Pour financer sa dernière mesure pour l’emploi, (exonérer de charges sociales les entreprises de moins de 20 salariés), il allait économiser sur la fonction publique. La fonction publique, c’est l’éducation nationale, c’est la santé aussi.

A propos, c’est quand les élections ? 

Et les Français, auront-ils compris comment marche la droite ou se laisseront-ils encore bernés par le discours fabriqué de toute pièce par les conseillés en marketing ?

 

 

Dernier commentaire, j’ai écouté avant hier ou hier sur France Culture, l’interview d’un prix Nobel d’économie, un certain Alfred Stieglitz. Je ne suis pas économiste, ne pourrais donc pas vous résumer son analyse, mais jetez-vous sur son livre, ça a l’air passionnant et clair. Moi je ne peux pas, pas les moyens en ce moment … Mais si nous étions plus nombreux à lire ou à écouter ce genre d’émission, les libéraux de tous poils, ne pourraient plus nous imposer leur pensée unique (inique ?).

Publié dans Coup de gueule !!!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
.
<br /> <br /> J'espère pour les prochaines élections, j'espère parce que ça me parait tellement "inique" que je ne peux pas penser que nous tous, français votant, soyons assez stupide ou suicidaire pour faire<br /> le choix d'un "iznogood"...<br /> bises !<br /> <br /> <br /> Posté par luciole, 14 septembre 2006 à 10:35<br /> <br /> <br /> Je t'ai fait une petite note sur mon blog. Ça me fout vraiment colère ce genre de chose (et quand ça touche la famille, c'est pire). Je t'embrasse fort. et au fait, tu n'as pas retenu le nom du<br /> livre en question ?<br /> <br /> <br /> Posté par akynou, 14 septembre 2006 à 11:30<br /> <br /> <br /> Le 28 septembre, je serai en grève en pensant à toi et aussi à ma fille qui se trouve dans la situation que tu décris. Jamais je n'ai vu l'Education nationale aussi dégradée, systématiquement et<br /> consciencieusement dégradée. En mai 2007 je saurai pour qui voter. Homme ou femme, peu importe, je voterai utile, pour le plus démocrate et le plus républicain.<br /> <br /> <br /> Posté par Oxygène, 14 septembre 2006 à 22:44<br /> <br /> <br /> et des fois, c'est éducation ET santé. je suis médecin scolaire et je commence mon année avec des centaines de collègues vacataires en moins. De 790ETP nous sommes passés à 425. Voir les<br /> excellents cahiers de l'OCDE sur l'art et la manière de supprimer un service sans que le public râle: l'asphyxier, le déconsidérer, puis le supprimer.<br /> <br /> (Faisabilité politique de l'ajustement. Cahier de politique économique numéro 13 Centre de développement de l'OCDE)<br /> Courage!<br /> <br /> <br /> Posté par lilidub, 15 septembre 2006 à 12:46<br /> <br /> <br /> J'aurais été bien étonnée qu'Oxygène ne se manifeste pas! Elle ne participe pas seulement aux concours d'Akynou!<br /> Je suis indignée par les mauvaises actions de l'Education nationale et j'ai des membres de ma famille qui en ont été victimes. Ils se sont battus pour retrouver leurs droits. Je vous soutiens par<br /> la pensée.<br /> P.S J'aime beaucoup vos sculptures.<br /> <br /> <br /> Posté par karaba(la vraie), 15 septembre 2006 à 14:49<br /> <br /> <br /> Ouais, c'est le bordel! C'est le bordel partout. Que font les parents,les profs? Chacun se bat sur son terrain. On a du mal a voir clair et a lutter partout avec une conviction claire et précise.<br /> Il n'y a q"Akynou pour y arriver, et franchement je l'admire. A la rentrée Célia n'avait pas d'instit. Le premier jour on était une dixaine de parents a dire notre mécontentement, le deuxième<br /> jour on était deux. On s'est battu et on a eu ce qu'on demandait. Du coup, maintenant, on est sollicité pour être représentant des parents d'élèves, et faire à deux le boulot de toute une école.<br /> Ai je la force de m'y atteler, alors que déjà je manque de force pour trouver assez de boulot pour bouffer? Voter utile en 2007, oui, bien sur, mais pour qui? Qui a un programme, qui fait autre<br /> chose que du marketing, aujourd'hui? Franchement, je ne sais pas. Allez, fin de pensées tristounettes. Bises.<br /> <br /> <br /> Posté par onze, 16 septembre 2006 à 02:32<br /> <br /> <br /> Bonjour, je n'ai pas vu dans votre message si vous aviez prévu de repasser le capes (interne ??)... J'aimerais bien communiquer avec quelqu'un qui suit une formation de ce type car je passerai<br /> moi auusi le capes interne pour la 2eme fois en 2007. Peut être pourrions-nous correspondre et echanger des "tuyaux", de facçon à se sentir moins seules face à cette préparation titanesque<br /> ???<br /> J'espère à bientôt,<br /> Frédérique Dochter<br /> fredochter@wanadoo.fr<br /> PS : L'adresse de mon blog n'a rien à voir avec les arts plastiques mais vous pouvez me contacter par ce biais également...<br /> <br /> <br /> Posté par a mes heures, 22 septembre 2006 à 15:59<br /> <br /> <br /> Bravo<br /> <br /> <br /> Bravo, tu racontes très bien tout cela. Je suis entièrement d'accord. Je suis contractuelle aussi, mais dans une situation plus positive car c'est à l'étranger. La situation est inimaginable et<br /> kafkaienne.<br /> <br /> <br /> Posté par parisienne exilé, 28 février 2007 à 21:25<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre