"J" moins pas grand chose

Publié le par Lartemizia

Oui, "J" moins pas grand chose puisque mardi prochain, tout doit être prêt. Je pars à Gaillac pour installer l'expo.
Vous dire que je suis totalement détendue serait mentir.
Je passe, sans prévenir, de l'excitation le plus folle à l'abattement le plus profond,
hésitant souvent entre l'envie de mordre et l'envie de pleurer.
Je passe mon temps à faire le bilan de ce qui me reste à faire ou de ce qui est déjà fait.
La maison est transformée depuis de longues semaines en un vaste chantier interdit au public. Les filles supportent ça, stoïquement avec même un certain détachement. Enfin, j'essaie quand même de garder des moments de détente avec elle, parce qu'en plus, ça me fait du bien. Mais souvent, pour ne pas dire toujours, ma conversation revient sur le sujet. Les pauvres...

Quelques photos pour vous donner une idée du chantier
Pour commencer, le coté bureau.
J'arrive rarement à le garder en ordre plus de quelques jours d'affilé, alors, pensez en ce moment...
C'est là que j'ai passé quelques nuits blanches à réaliser ma vidéo. Comme cet exercice est très gourmand en place et que les disques dur de mon ordinateur ne sont pas extensibles (pas encore eu les moyen de m'offrir deux fois 500 Go), je fais beaucoup de sauvegarde sur DVD.

HPIM0430b

HPIM0436b


La caisse à archives du premier plan renferme une partie des documents (documentation, recherches, tirages photos ...) dont j'ai eu ou ai besoin pour l'expo.
La table de la salle à manger est aujourd'hui presque bien ordonnée, même si elle ne peut toujours pas être utilisée comme tel. Je m'en suis servie pour découper, coudre, coller,
peindre et j'en passe. Ici, vous la découvrez avec une partie de ce qui est prêt.

HPIM0424b


Les photos petit format pour l'installation dans la vitrine, les pochettes cristal pour protéger les photos que j'espère vendre sur place, les épingles que j'ai retrouvé au fond d'un placard (mais en aurais-je assez?)  et qui me serviront à fixer la ficelle rouge sur les arbres du parc, et les rideaux de tulle bien pliés pour éviter qu'ils ne s'abîment.
En voilà un, accroché provisoirement pour tester mes dernières finissions

montage_ridob


Je dois dire qu'ils m'ont donné du fil à retordre ces rideaux. Imaginez, coudre des transparents très glissant à l'intérieur de fenêtre découpées dans le tulle pas moins glissant avec du fil de pêche transparent certes mais très difficile à dompter et à retrouver quand il a échappé.
Voyez vous-même
HPIM9605b


Et là, ils attendaient sagement leur finitions
HPIM0059b


Pour faire sécher les panneaux qui viendront en fond de vitrine, j'ai du un peu plus envahir l'espace
HPIM0052b


Coté véranda, ce n'est pas mal non plus. Ma table à dessin rend de multiples services.
Ici, c'était pour tester la profusion de photos pour l'installation dans la vitrine
HPIM0406b


Et là, j'en suis au début d'une des taches les plus ingrates de cette préparation. Je dois fabriquer 72 passe-partout pour les deux fois 36 cadres que je me suis procuré. Dès la troisième bande de papier, je m'entaillais l'index. Il dépassait bêtement de la règle. J'ai fait très attention à ne pas tout barbouiller de sang, ça fait désordre sur le papier blanc
HPIM0426b 

J'ai encore quelques jours pour les terminer, ouf !

Pour me faire une petite idée de ce que pourrait donner l'expo, j'ai bricolé quelques photos. Même quand on ne maîtrise pas bien photochope, c'est fou ce que l'on peut faire avec. Mais avant de vous montrer tout cela, un plan numéroté du lieu pour vous aider à vous y retrouver
salle_expo_Gaillac_n_


On arrive pas l'escalier que vous voyez à gauche de l'image et l'on rentre là ou vous devinez la petite flèche.

En 1, la vitrine
23_02_09_254_copieb

Ce n'est qu'une ébauche puisqu'il manque un panneau (réalisé mais pas photographié), qu'au sol il y aura un tapis de petites photos (comme celles qui étaient étalées sur ma table à dessin) et sur la paroi de verre, le poème de Francis Ponge (si j'arrive à l'écrire dessus).

En 2 et 3, j'accrocherais 4 photos en assez grand format et en 4, un grand panneau de 36 cadres qui ressemblera à cela.
Vous pouvez apercevoir la sculpture que sera accrochée dans la salle n°6
23_02_09_267_montage_copie_b


Je me suis trompé de montage puisque dans cette salle là,
ce sera plutôt celui là
montage_carr_31bbb


J'ai organisé les trois salles principales comme une montée en puissance de la couleur. Dans cette première salle, je montre les photos plutôt désaturées. Dans la salle suivante, qui a presque la même configuration, seront exposée les photos aux couleurs plus vives.
En 7 le deuxième panneau de 36 cadres
montage_carr__copiebbb


En 8, quatre photos de gros plans :
23_02_09_264_montage_2_copieb


En 9, quatre photos de paysages :
23_02_09_264_montage_b


Et en 10, une photo beaucoup plus grande.
En fin de compte, j'en ai choisi une autre pour des raisons techniques mais l'effet sera identique
23_02_09_271montage_2_b


J'ai gardé pour la fin la petite salle numéro 6 où je vais placer mes rideaux de tulle. Lors de ma dernière visite, nous avons fait une petit essai avec David
HPIM9651b


La photo est médiocre mais la lumière est faible et avec le flash, on ne distingue plus le tulle.
Nous avions prévu de placer dans la petite vitrine de cette salle une de mes sculptures. Mais en voyant le rideau, nous avons pris conscience que cela manquait de cohérence. J'avais imaginé jouer sur le dedans et le dehors en réalisant ces rideaux qui jouent sur la transparence et la légèreté grâce au tulle et au photos de ciels imprimés sur transparents. Une sculpture en bois ne collait pas du tout avec ça. Réflexion faite, nous avons décidé d'y placer une grande photo de ciel.
J'ai vainement cherché dans mes milliers de clichés, celui qui ferait l'affaire, mais trouver une photo verticale qui aurait une assez bonne résolution pour être tiré en très grand format ce n'était pas gagné avec mon vieil appareil. J'ai donc réalisé un montage que je vais apporter au labo de Nîmes dès demain. J'espère qu'il aura le temps de faire le tirage d'ici lundi ...

23_02_09_276_copie


Je ne reviens pas sur la dernière salle, je n'y montre que ma vidéo qui est presque achevée.

J'ai passé une partie du week-end à préparer l'une des sculptures de l'expo, réparer les dégâts d'une mauvais chute, repasser une couche de cire et lustrer le tout. Elle attend sagement dans le garage, enroulée dans une vieille couverture.

Pour l'installation dans le parc, j'en suis toujours à me demander si j'ai assez de ficelle rouge. Moi qui suis si peu douée en calcul, je suis incapable de vérifier si les 12 kilos que j'ai acheté suffiront pour enrouler tous les arbres jusqu'à la hauteur désirée. Il me manque deux paramètres importants, le poids de la ficelle au mètre linéaire et la longueur totale vu que le diamètre des arbres est très fluctuant. Il ne ne reste plus qu'à espérer que ça colle et à m'adapter au cas où...

Dans le récit abrégé de mes préparatifs, j'allais oublier la partie communication. Il était entendu avec la mairie que je fasse la maquette du dépliant pour les 3 expos qui auront lieu en même temps. Un mois après, j'apprends médusée que je dois également réaliser une affiche. Je m'exécute et après de multiples corrections, j'apporte les fichiers à l'imprimeur heureuse de m'être libérée l'esprit de ce soucis. Raté !
15 jours plus tard, le commanditaire réalise que l'affiche est beaucoup trop chargée à vouloir montrer trois artistes et me commande trois affiches différentes. Je râle un peu, mais je le fais puisqu'une affiche pour moi toute seule, c'est mieux qu'une affiche pour trois. Je fais donc les trois maquettes quand j'apprends que l'une des artistes préfère la réaliser toute seule... J'envoie deux maquettes pour correction, mais mon travail ne plaît pas à l'artiste qui décide de se la faire tout seul... Non, je n'ai pas hurlé, mais le coeur y était.
Résultat, voilà mon affiche que je n'ai pas encore vu imprimé.
affiche_alixire


Voilà où j'en suis de mes préparatifs. Je suis certaine que j'ai oublié un millier de trucs, de détails plus ou moins important. Soyons optimiste, il me reste encore une semaine...

Publié dans Au jour le jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
détournement<br /> Et si tu passais par Bordeaux plutôt que chez les Roussicastelitains? Hop, un TGV, hop, le bon vieux tortillard Toulouse-Gaillac-Carmaux.Et tant qu'à attendre 6 heures, autant que ce soit à Bordeaux ou à Toulouse.Hop hop hop, un matin pluvieux de juin, nous nous croiserions dans le petit château des fils rouges. Si je n'ai pas tout mangé, je t'offrirai du rôti de porc au pruneaux.Craché juré, promesse de gascon.
Répondre
A
Le truc, c'est que quelque soit le train que je prenne, ça me fait arriver à 22 heures à Gaillac. Ce qui est un peu tard pour une expo. Si keprends un train le matin par exemple, on me fait attendre 6 ou 7 heures à Chateauroux(le pied, quand même chateauroux pour attendre autant de temps), puis rechanger à Toulouse. Et enfin 22h20 Gaillac.ZEt je ne te parle même pas des frais…
Répondre
A
venir<br /> Depuis le temps que je voudrais voir. Mais je ne sais pas si les vents seront assez favorables. D'où l'incertitude temporelle.J'ai rêvé d'une semaine située en juin, entre la fin de la première et le début de la troisième. Mais y serais-je au jour dit, au jour Ji, au Day Di? Ou un jour plus tard ou plus tôt?Alors, foin des promesses, des actes! mais sans pain comme un jour long, voilà pourquoi je l'imagine plus vieux. Et que les journalistes qui ne savent pas placer Gaillac sur une carte soient définitivement interdites de vin blanc du cru, ventrebleu.
Répondre
L
Gaillac, c'est entre Albi et Toulouse. Tu vois, ce n'est pas à coté de chez moi. ça me ferait plaisir si tu pouvais venir voir mon expo, mais je comprendrais que tu n'y arrives pas. Fait comme tu peux. Bisous
Répondre
A
Et puis les horaires SNCF, c'est porte nawak !
Répondre